Cet article fait partie d’une série “Réussir son projet de rénovation“, vous pouvez consulter les deux précédents chapitres:

Ça y est, c’est parti, votre projet de rénovation est bouclé, vous avez sélectionné les entreprises, et le chantier est prêt à démarrer. C’est la phase critique du projet – et celle qui requiert un suivi assidu pour tenir les délais et le budget initialement définis.

Chaque chantier se réalise dans une configuration qui lui est propre, (avec ou sans architecte, avec ou sans conducteurs de travaux, ou une relation directe entre le propriétaire et les différents artisans du bâtiment). Quelque soit l’organisation retenue, un chantier doit faire l’objet d’un suivi précis. Le rythme des réunions entre propriétaire, architectes, maîtres d’œuvres et ouvriers doit être soutenu pour éviter des pertes de temps inefficaces (de type “on attend la réponse du client”).

Souvent sous-estimé, un suivi adéquat avec une communication fluide entre les différentes parties est un facteur essentiel dans la réussite d’un chantier de rénovation.

Le suivi des travaux de rénovation:

Il se caractérise par:

  • Des réunions planifiées et récurrentes selon une fréquence définie à l’avance. Selon l’ampleur et la nature des travaux, la fréquence peut varier d’un chantier à l’autre, néanmoins, la pratique veut qu’une réunion hebdomadaire soit un rythme adéquat pour faciliter la communication et la remontée d’informations et de questions sur le chantier.
  • De compte rendus de réunions de chantiers: qui formalisent l’avancement du chantier, la liste des questions ou difficultés qui ressortent, ainsi que les décisions ou actions sur lesquelles les parties se sont accordées. Cette liste est communiquée par écrit (e-mail ou papier) rapidement après la réunion, et peut être amendée si nécessaire. Ces comptes rendus de chantiers sont utilisés ensuite en début de réunion suivante pour repasser la liste des questions ouvertes / actions et s’assurer qu’elles soient bien prises en compte.
  • En dehors des réunions planifiées, il peut y avoir des “points spécifiques” selon le besoin et les imprévus. Ce sont – en général – des points individuels (avec un corps de métier), mais il faut veiller à reprendre ces points dans les réunions de chantier, afin de les communiquer au reste des équipes, et voir le cas échéant s’il y a un impact de leur côté.
  • Un document de suivi du budget et du planning: constitué au début du projet de rénovation, la planification du chantier et le budget doivent être tenu à jour en fonction des modifications qui peuvent surgir pendant la vie des travaux. Chaque retard, ou modification du budget est consignée dans ces documents, et peuvent faire l’objet de nouvelles planifications – à communiquer à l’ensemble des équipes du chantier pour s’assurer qu’il n’y a pas d’impact, ou que l’impact peut-être géré de part et d’autres.

Enfin, dernier point – et non des moindres – à souligner dans cette organisation: il est nécessaire de définir un leadership clair, avec un interlocuteur unique à la tête de tout cela. C’est le fer de lance de HUGGY, le conducteur de travaux est la personne qui a la vision globale du chantier et le point de référent pour toutes les questions.

Avec de tels mécanismes en place, les délais sont maîtrisés, les imprévus limités et bien gérés, et au final, des travaux réussis en accord avec le propriétaire, l’architecte et les corps de métiers.